logo de la federation

La Fédération des Associations Initiative & Formation

La Gestion Mentale

La Gestion Mentale explore, décrit et étudie les processus mentaux dans leur diversité. Cette analyse de la conscience cognitive a été élaborée par Antoine de la Garanderie à partir de l'analyse des habitudes mentales de très nombreux sujets.
La Gestion Mentale est une pratique pédagogique reconnue par l'éducation nationale, qui a parrainé le premier colloque International de Gestion Mentale à Angers en 1996.
Nous reprenons ici des définitions que vous trouverez également, avec d'autres approfondissements, dans divers ouvrages de Gestion Mentale.

Définitions et aspects théoriques

La Gestion Mentale : c'est l'exploration, la description et l'étude des processus de la pensée consciente lors d'une prise d'information, de son traitement et de sa restitution.
Antoine de La Garanderie a identifié et répertorié la "grande diversité des fonctionnements cognitifs, à partir de l'analyse des habitudes mentales de très nombreux sujets. Cette étude a mis en évidence le rôle fondamental de l'évocation comme outil de la pensée.
L'évocation est une image mentale, visuelle, auditive ou verbale, par laquelle le sujet rend mentalement présent le monde qui l'entoure, la réalité qui est, ou celle qu'il invente.
Les évocations sont les constructions mentales des objets de perception. Elles ne sont pas en lien direct avec les organes des sens.
L'objet perçu étant extérieur au sujet, les évocations qu'il s'en fait sont très personnelles, intérieures à lui-même. Elles peuvent être fixes ou mobiles, abstraites ou concrètes. Le champ mental peut être plus ou moins étendu et tenir compte simultanément d'une plus ou moins grande quantité d'évocations.
Cinq gestes Mentaux sont étudiés
l' attention
la mémorisation
la compréhension
la réflexion
l' imagination créatrice
Les habitudes mentales
Tous ces gestes utilisent les évocations et s' articulent entre eux en des stratégies différentes selon les sujets. Ils sont toujours déclenchés par un projet précis.
Chacun met en place très tôt des habitudes mentales, méthodes personnelles de traitement de l' information. Ce sont des évocations faites spontanément, des gestes mentaux privilégiés, des enchaînements familiers.
Mais il est toujours possible à tout âge d' acquérir de nouvelles habitudes mentales pour accroître ses performances.
Le dialogue pédagogique
C'est l' instrument d' analyse utilisé par le pédagogue pour aider le sujet à prendre conscience de ses propres procédures mentales. C' est un point de départ pour progresser.
Il permet de mettre au point des procédures efficaces adaptées à la typologie de l' apprenant et d' en vérifier la pertinence par des applications.

Le coin des concepts

Ces articles ont été rédigés pour la lettre fédérale par Beatrice Glickmann
Evocation :
Ce terme est un pilier des travaux d' Antoine de la Garanderie. Il désigne un processus qui, partant d'acquis, d'indices perceptifs, les organise en une forme mentale personnelle, en référence à des contenus particuliers rendant la pensée accessible à un vécu de conscience.
Dans le vocabulaire courant, ce terme est associé à des souvenirs, à des constructions mentales de remémoration, mais aussi à quelque chose que l' on éveille ou suggère. D' une certaine manière, fabriquer exprès des souvenirs, des suggestions, est une approche possible du terme technique en Gestion Mentale. Ce processus est engagé dans chacun des gestes mentaux, selon leur projet respectif, mais n' en constitue pas un spécifiquement. Il est un moyen de la pensée.
Actuellement les formes de ce processus se déclinent en :
  • évocation visuelles (présence d' images, photos, films),
  • évocations auditives (présence de sons, paroles, commentaires.).
Dans ses premiers développements, la Gestion Mentale a mis ce concept au coeur de la description du monde mentale en relation avec des concepts de projet et de perception. L' évocation rendait compte du traitement mental intérieur, la perception était cantonnée à l' extérieur. Actuellement dans sa recherche a propos de l' intuition de sens, Antoine de la Garanderie revisite les liens entre perception et évocation, ce qui nous promet des nuances plus fines à propos de ce concept. Mais c' est ainsi qu' avance une étude phénoménologique des actes de la connaissance.
Projet :
Littéralement : "ce que l' on met en avant" est un terme qui a pris de plus en plus d' importance dans les recherches d' Antoine de la Garanderie en donnant naissance à de nombreuses locutions :
  • projet de sens,
  • structure de projet,
  • structure de projet de sens,
  • projet d' actes.
Dans une première période, proche du mot anticipation, ce concept désignait un état d' esprit ou une disposition intérieure qui rendait compte du fait suivant : pour agir en son intériorité la personne avait à mettre en avant une sorte de préparation mentale ciblée selon les actes mentaux à exécuter.
("Hypothèse de projet" : conférence d' ouverture du colloque de Paris 1996).
En approfondissant ce concept par des dialogues pédagogiques, un nouvel aspect se développait : toute connaissance est connaissance intentionnelle, aussi le mot projet se rapproche du mot intention, dans un sens d' intention effectrice (soit une intention ou déjà la réalisation est engagée).
De ce point de vue, la notion de projet devient centrale dans la vie mentale.
Parallèlement, les recherches sur le sens et l' intuition de sens qui reprennent le schéma classique de recherche d' Antoine de la Garanderie montrent que les structures du sens se forgent dans les projets qu' il nommera projets de sens.
(Posons que le sens n' est pas inné, qu' il possède des structures, cherchons et décrivons ces structures qui pourront alors être enseignées et qui ouvriront alors les élèves à un itinéraire mentale du sens)
Une approche viendra de la réflexion qui caractérise les actes de la connaissance, réflexion qui s' inscrit dans une démarche phénoménologique : pouvoir être et projet de sens sont liés dans la conscience d' un sujet qui apprend.
Le projet de sens ouvre la voie, rend possible une incarnation des potentialités connaissantes d' un sujet en dévoilant un horizon de sens ou ce sujet va se signifier, vers lequel il va orienter sa quête d' humain pensant.
La perception :
Pour terminer la triade de base des concepts de la Gestion Mentale, il faut prendre en compte ce concept de perception et son évolution. Dans la recherche philosophique de la première période, ce terme désigne tout ce qui est extérieur à l' homme, le monde extérieur que le sujet va investir au moyen de ses cinq sens. Cet extérieur, transitant par les systèmes sensoriels sera un des pôles de la relation qui s' énonce par "j' ai conscience de ..." relation qui se poursuit dans le processus évocatif.
Pour claire et tranchée que soit cette conception, il n' en demeure pas moins qu' elle est soumise à de nombreuses interrogations :
  • Perception - stimuli?
  • Perception - sensation?
  • Que devient le traitement de la perception, est-il directement traduit par l' évocation?
  • L' attention ne nécessite-t-elle pas plusieurs aller et retour entre perception et évocation?
  • Peut-on tout percevoir d' un coup?
Pour permettre la recherche, ce concept a cédé la place à celui d' activité perceptive. L' activité perceptive fut d' abord une enveloppe désignant toute sorte d' activités empruntant à d' autres approches, mais c' est un concept qui est travaillé en sourdine par Antoine de la Garanderie, lorsque dans la tension phénoménologique de sa recherche de sens, puis de l' intuition de sens, il va définir trois étapes :
  • la sensation,
  • la perception,
  • l' évocation (renforcer l' éveil au sens p 20)
Mais contrairement aux approches classiques, cette suite d' étapes se comprend à l' envers : pour que le sens se vive dans l' évocation, il faut s' y ouvrir dans la perception et s' y éveiller dans la sensation.
La description de l' "advocation" du sens suit le chemin du "pouvoir être", du Dasein de l' être au monde, au monde dans le monde. La sensation est l' étape ou le monde va provoquer le sujet par une impression de sens que le sujet devra exprimer en lui par l' évocation.
La perception est alors une étape du sens entre la sensation et l'évocation. Pour l' instant, nous avons quelques renseignements supplémentaires sur les liens entre évocation et perception dans les termes de perception évocative et évocation perceptive.
  • dans l' évocation perceptive il y a similitude entre la nature de l' impression et l' évocation,
  • dans la perception évocative, il y a différence.
Ce concept de perception est donc encore en évolution. De bonnes lectures en perspective.
Les paramètres :
Cette notion apparaît des le premier livre d' antoine de la Garanderie qui, après avoir parlé de la langue pédagogique, se demande si cette langue n' aurait pas " des formes d' évocations qui en précise les structures " et il définit 4 paramètres pour chacune des langues pédagogiques.
La notion de profil pédagogique s' appuie directement sur ces paramètres en écho au profil épistémologique de Bachelard ( à 5 paramètres).
Cette notion de paramètre est trés riche pédagogiquement parlant, car elle permet une analyse fine des pratiques pédagogiques. Elle fut aussi à l' origine de nombreux débats encore vifs aujourd' hui. Ce fut cette notion qui permit, entre autres, à Antoine de la Garanderie de quitter l' aspect descriptif pour une recherche phénoménologique.
En effet, outre les fréquentes confusions entre perception et évocation.
La perception était paramétrée comme en témoigne des expressions comme "je leur fais du P1", la spécification était rendue difficile par un positionnement extérieur : évoquer un film à la télé, c' est du P1 ou du P2.
L' économie du sens que la personne attribuait à ces paramètres ne pouvait plus durer. C' est ainsi que, conceptuellement, les paramètres ont rejoint les structures de projet de sens. Cette nouvelle dimension des paramètres a permis d' éloigner le spectre des typologies (c' est un P1 visuel), des spéculations d' orientation pour constituer une démarche de recherche de sens.
On dispose donc :
  • de structures de projet de sens du concret, du quotidien (P1),
  • des conventions et de leurs signes (P2),
  • des rapports de similitude et différence, de tout à partie, de cause à conséquence. (liens logiques P3)
  • des rapports inédits (hypothèses)( P4).