L’école entretient les inégalités sociales en ne mesurant pas l’influence qu’exercent les appartenances sociales sur les représentations mentales des apprentissages. Les enfants des couches populaires élevés dans une oralité au service de la pratique concrète sont mis en échec scolaire s’ils ne décodent pas que l’oral a pour projet d’apprendre le code écrit. Le maître d’école omet d’expliciter les implicites de la logique savante des savoirs théoriques et prive ces enfants du recours à leur logique pratique de la communication. Les outils de la Gestion mentale et l’explicitation systématique des non-dits des apprentissages peuvent remettre en confiance ces enfants. Ainsi, le dédoublement de l’évocation et de la perception, replacés dans le deux cadres de la chronologie et de la globalité, appuyés sur les doubles supports visuels et oraux, leur permettent de faire des liens logiques, d’acquérir les codes et de passer du registre du langage courant au langage savant. En retour, en révisant leurs formules en lien avec les observations expérimentales, les bons élèves, gavés de logique formelle abstraite, peuvent gagner en adaptabilité à la réalité concrète.
L’auteur présente 3 années d’expérience dans l’accompagnement à la méthodologie en lycée privé par la Gestion mentale enrichie d’autres apports. Vécus sous forme de stages thématiques répartis sur l’année, ils associent l’équipe pédagogique aux élèves de seconde en difficulté et conduisent à de spectaculaires réussites au bac. L’article détaille le protocole d’une séance consacrée à transformer un texte en schéma et réciproquement, en mettant en lumière les différents projets réalisés étape après étape. La pédagogie mise en œuvre fait appel au travail individuel dans la phase d’attention et de compréhension du texte et au travail en groupe pour la traduction en schéma heuristique. La restitution se fait par des exposés oraux qui vont progressivement s’améliorant. Voici un exemple inspirant d’aide individualisée promue par la réforme de 2010.
Faire découvrir aux jeunes de collèges et lycées leurs procédures de réussite en travaillant autrement plutôt qu’en travaillant plus. Pendant 5 jours de stage, dans le cadre arboré du parc, explorer l’arborescence de son intelligence le matin, et l’après-midi, vivre son corps en mouvement pour savoir mieux apprendre.
Lettre-dIF-n°99