Georges Gidrol, enseignant en sciences physiques, nous explicite ses pratiques pédagogiques motivées par le souhait de développer l’activité évocative, inviter à une compréhension approfondie du réel, permettre aux élèves de mémoriser.
Interview de Thierry Payen de La Garanderie présentant son livre : Introduction à Antoine de La Garanderie.
Description du concept de paramètre.
Yves Lecocq propose une réflexion sur le recours à la métaphore pédagogique pour permettre l’accès au sens d’une notion par les élèves. L’analogie rend familière une notion nouvelle grâce aux liens de similitudes de structure entre deux notions. Attention d’en faire repérer les limites à l’élève.
EPS, Gestion mentale et Elèves à Haut Potentiel lors du stage de jeunes à Poisy en juillet 2007. Marina Lambert témoigne de sa pratique d’éducatrice sportive utilisant la Gestion mentale et le dialogue pédagogique pour faciliter le passage de la pensée au corps, apprendre à se maîtriser et se construire positivement ; c’est un accès puissant à la confiance en soi, à la confiance en sa capacité de décision, et d’action.
Geneviève Louis explicite la progression de sa démarche pour aborder la notion de fraction. La Gestion mentale permet d’analyser le concept et d’en mieux comprendre la difficulté fondamentale. En effet la fraction a deux aspects : soit un opérateur c’est à dire un outil qui agit sur le réel et dont on peut évoquer l’action concrète (en P1). Soit un nombre qui est un objet conceptuel, un symbole et qui représente une fraction de l’unité ; il va alors pouvoir s’évoquer en P2.
Accompagner l’enfant dyslexique dans l’apprentissage du lire-écrire sans faire à sa place, en épluchant la soupe, pour lui permettre de prendre conscience de ses évocations. Il est invité à évoquer en P1, P2, en épelant et visualisant, en s’entraînant à écrire, à épeler, en s’imaginant utiliser les mots dans l’avenir, en mettant en œuvre ses projets de sens.
Proposition d’atelier Gestion mentale hebdomadaire pour 20 jeunes de primaire et collège.
Lettre-dIF-n°98