Si un mot aura marqué la fin de notre siècle, c’est bien celui de « projet . « Il manque un projet à notre société en mutation », « Le gouvernement n’a pas de projet pour le pays « Une entreprise sans projet n’est qu’un bateau ivre »…. Le monde de l’éducation n’est pas en reste. Il est devenu incontournable pour tout établissement scolaire, public ou privé, de publier son « projet d’établissement », ou mieux encore, son « projet éducatif ». Toute équipe d’enseignants qui se constitue a pour première tâche d’écrire son « projet pédagogique ». A partir de quel âge désormais les enfants sont-ils sommés d’élaborer leur « projet professionnel » ? D’ailleurs, s’ils ne travaillent pas comme on le souhaiterait, s’ils ne trouvent pas d’emblée le sens de leurs études c’est bien entendu qu’ils n’ont pas de « projet personnel ». Et quand tout va mal pour l’un ou l’autre d’entre eux, ne s’interroge-t-on pas sur le « projet d’éducation de sa famille », sur son adéquation avec celui de l’établissement ?.
Finis les plans, qu’ils soient d’état ou de carrière, les programmes soumis aux électeurs, et autres objectifs de production qui fleurissaient au temps de l’assurance que rien ne changerait avant longtemps. Pour autant, n’est-il pas paradoxal d’exiger des institutions comme des individus qu’ils forment avec précision le dessein de leur avenir dans les temps d’incertitude que nous connaissons ? Le recours au concept flou de projet peut cependant se comprendre et Jean-Pierre Boutinet, spécialiste en la matière , nous y aide. Pour lui, le projet, parce qu’il valorise « l’inédit, l’idéal recherché, l’inexistant désiré », s’accommode mieux de l’indétermination et de la précarité de notre époque. Plus opaque est la ligne d’horizon, plus est nécessaire est-il d’afficher ses intentions et de connaître celles des autres pour avancer avec le minimum de risques. Cela exige des organismes comme des personnes des attitudes nouvelles. La tâche des organisateurs est désormais d’harmoniser, en les articulant les uns aux autres, un foisonnement de projets de tous calibres, de toutes directions, individuels ou collectifs, aux contenus plus ou moins implicites et assez souvent contradictoires. Pour l’éducateur, il s’agit plutôt d’aider à leur promotion et sa tâche est bien souvent aujourd’hui auprès des jeunes celle d’un « accompagnateur de projet ». Dans ce sens, il faut se demander quels sont les éléments constitutifs d’un projet authentique et comment ils peuvent inspirer l’action éducative.
Une image nous aidera dans cette recherche. A la fin de son roman à la gloire des cavaliers d’Afghanistan, « Les Cavaliers », Joseph Kessel décrit une série d’acrobaties équestres dont celle-ci : le cavalier menant sa monture au galop jette sa toque de fourrure le plus haut et le plus loin possible devant lui, puis il se dresse sur ses étriers, la rattrape au vol et s’en recoiffe. Ainsi en est-il de quelqu’un qui construit un projet : il jette en pensée, dans un « au devant de lui » , un à-venir suffisamment dégagé, un « objet-but », choisi par lui et qu’il s’efforce ensuite de rejoindre, mobilisant pour cela toutes ses ressources. Pour qu’un projet « fonctionne » : il faut donc articuler trois pôles bien distincts, comme un triangle équilatéral dont la base serait le pôle de l’avenir avec ce qui concerne sa lisibilité associé au pôle de l’objet avec les opérations nécessaires à son choix. Le sommet serait le pôle du sujet avec ses ressources propres. On peut entrer dans ce triangle indifféremment par l’un ou l’autre de ces pôles, l’important étant de veiller à leur étroite interdépendance.
Les deux premiers sont connus : inscrits dans les textes officiels ils font l’objet de dispositifs pris en charge par l’institution scolaire avec des bonheurs divers. Une littérature abondante et largement accessible est consacrée à l’orientation scolaire et professionnelle ; des centres spécialisés sont à la disposition des jeunes et des familles. Des programmes ambitieux d’éducation des choix ont été élaborés qui permettent de familiariser les jeunes avec ces opérations toujours délicates. Toutefois personne ne peut les dispenser de la prise de risque que constitue toujours la projection dans l’inconnu et leur question demeure bien souvent « Qu’est-ce qui me dit que je ne me trompe pas et que je ne vais pas regretter mon choix ? ». Néanmoins la problématique du projet ne saurait concerner le seul domaine de l’orientation. Alors que les différents partenaires de l’école s’affrontent au problème de la démotivation grandissante des élèves pour les études, on ne peut ignorer que la réussite à l’école repose sur la rencontre d’un « projet d’enseigner » chez les uns et d’un « projet d’apprendre » chez les autres. Avec la clarification des objectifs et des finalités de la formation intellectuelle pour le pôle de l’avenir, et la proposition du large éventail des stratégies individuelles pour celui du choix. Voilà en quoi tout le monde est concerné. Mais cela a déjà été developpé. Insistons seulement sur un point : ce mouvement vers l’avant qu’est le projet peut s’entendre de deux manières contrastées. Il peut être soit « une tentative continuellement recommencée pour échapper à la fatalité » : une sorte de « pulsion de projet », un activisme atomisant qui se substitue à l’intention réfléchie et unifiante ; soit « un aménagement de la rupture entre notre vie quotidienne et l’idéalisation que nous en faisons », conception dérangeante par l’écart difficilement réductible qu’elle induit mais plus à même de fournir une réponse à la question du sens qui habite tout projet véritable. Et l’appel à l’idéal amène à se préoccuper du troisième pôle du triangle, celui du sujet qui nous intéresse ici particulièrement.
De quel « sujet » s’agit-il ? De son étymologie latine (action de jeter sous), Jean-Pierre Boutinet tire deux significations « selon que l’on considère l’acteur-auteur qui jette une action sous l’objectif qu’il poursuit ou l’acteur-assujetti qui est jeté sous l’action d’un autre ». La tentation peut être grande, il est vrai, de se substituer à l’enfant indécis, par exemple devant l’urgence d’une démarche à entreprendre ou en raison des risques de son entreprise. On sait quelles difficultés peuvent rencontrer des jeunes tentés par des voies originales, peu balisées, pleines d’inconnues ou peu reconnues par les indicateurs officiels.. ou la mode du moment. Dans tous les domaines. La tentation moutonière est grande et le groupe, refuge des adolescents, n’aime pas ceux qui tentent de lui échapper. Pour qui souhaite accompagner l’un de ces aspirants à la liberté, la question est de savoir comment l’aider à devenir ce « sujet-auteur qui montre sa capacité à concevoir et à réaliser ses propres intentions », mais qui du même coup doit « composer avec un certain nombre de sujets-acteurs de son environnement ». Auteur ou acteur, le sujet est un être social : il ne peut faire abstraction ni du contexte ni des partenaires de ses projets. Notamment parce que c’est en eux qu’il trouve les principaux moyens de « réaliser ses intentions ». On connaît déjà un certains nombre de ces moyens : connaissance de soi-même avec ses points forts et ses points faibles, construction d’une image positive de soi, pratique de l’anticipation et de l’auto-évaluation autant à l’école que dans la famille… Et aussi : prise en compte et respect des autres, engagement dans des activités collectives en tous domaines… Notre inspiration ignatienne nous permet d’ajouter : habitude du retour réflexif sur l’action, développement de l’intériorité, exercice du discernement dans la clarification des intentions à réaliser… Pourtant une difficulté d’importance demeure. Comment favoriser l’émergence des projets individuels dans un cadre aussi « programmé » » que celui de l’enseignement ? Le carcan des programmes officiels vient freiner bien des énergies et compromettre bien des volontés de changements. D’où l’importance d’un projet collectif pouvant servir de cadre institutionnel aux aspirations des « sujets-auteurs », jeunes ou adultes, et donner à chacun les moyens légitimes. Mais si beaucoup de ceux-ci peuvent donner lieu à des pratiques collectives, d’autres sont plus personnels.
En effet l’émergence du sujet ne peut être le résultat mécanique de quelques techniques ou savoir-faire que ce soit. Il s’agit pour un être humain d’être « appelé par son nom », c’est-à-dire d’être reconnu dans son identité, sa différence, sa singularité ; dans son désir. Car on ne devient pas sujet tout seul. C’est dans la rencontre avec la différence de l’autre, dans l’échange d’une parole authentique avec un adulte référent que la subjectivité d’un enfant peut se construire. Il faut pour cela, outre beaucoup de temps, que les adultes qu’ils rencontrent à l’école soient pour les jeunes autre chose que des « fonctionnels », aussi compétents soient-ils par ailleurs. C’est ce que pointe François Dubet à propos des « élèves qui élaborent une subjectivité de plus en plus indépendante de l’école » : pour lui pas de doute, « ce sont les professeurs qui doivent les réconcilier avec l’école, ce qui ne se réalise souvent qu’au prix de leur engagement comme individu ». C’est bien aussi cette intention que le Projet éducatif tivolien indique clairement comme une priorité à ceux et celles qui souhaitent s’y associer, traduisant en cela le souci ignatien de la « cura personnalis », le souci de la personne, qui traverse la tradition éducative des jésuites et de ceux qui leur sont associés. A ce stade, il n’est plus question d’aider quelqu’un à « faire des projets », ce qui peut s’accommoder d’instrumentations extérieures, mais bien « d’être en projet ». C’est une toute autre entreprise pour laquelle personne n’est de trop, à l’école et dans la famille. Ses résultats sont plus difficiles à évaluer que les classiques indicateurs de réussite scolaire ; ils sont difficilement publiables dans les palmarès médiatiques. Mais combien la recherche de cette excellence là est plus motivante pour celui qui prétend éduquer!
Pour conclure, retrouvons J. Kessel et son cavalier-héros. Si celui-ci, infirme après un accident très grave, prend des risques en réalisant des prouesses équestres, ce n’est pas pour quelque gloire éphémère, pour complaire aux autres, mais « encore et toujours pour aller au delà de lui-même ». Aider un jeune à devenir le sujet-auteur de ses projets, c’est l’aider à se mettre en marche, à avancer, à se dépasser . A grandir. Cela ne va pas sans rigueur et exigence de la part de l’éducateur, sans efforts, renoncements et persévérance chez l’éduqué. On a pu reprocher au Projet éducatif de 96 d’avoir quelque peu gommé la partie consacrée à l’Autorité dans celui de 1973. Mais, pour un éducateur, l’autorité n’est-elle pas la capacité à rendre auteur celui qu’il accompagne ?
Guy SONNOIS, Avril 97, formateur en gestion mentale